L'épicerie de l'orage

Le blog de la maison d'édition jeunesse l'épicerie de l'orage, petite fabrique d'objets (en papier) pour penser (le monde)

vendredi 21 octobre 2011

ça usine à la fabrique !

Souvenez-vous : à cette époque, c'était de la rigolade ! 

Aujourd'hui : 4 livres, 2 fois 3 badges, les 2 cartes de l'anniversaire, les pochettes papier cristal, les pochettes transparentes, les petites, les grandes, les petits crayons, les étiquettes des livres, celles des badges, le masking tape des blogueuses... non, non, on ne rigole plus et la petite fabrique n'a jamais aussi bien porté son nom. 

Il y a parfois des échanges surréalistes : "tu prépares 3 anniversaires, pendant ce temps j'emballe 5 blogueuses ?" 

Il y a beaucoup de soin. Beaucoup de temps, non pas perdu mais pris. Je pense que si un consultant de chez Price Water Bidule venait faire un audit organisationnel, il s'étranglerait en voyant ça. Moi je suis très : "je prends les pergamines* une à une, je reviens chercher deux livres, puis je repars prendre le masking tape, tiens où sont les ciseaux ?, je mets des gants pour faire une pochette de badges (oui, les traces de doigts sur les petits sachets, c'est bof bof). Puis j'enlève les gants pour décoller la petite étiquette, puis je les remets parce que la commande suivante c'est encore des badges..." J'exagère mais à peine ;) 

Il y a parfois des erreurs. Une fois en fait. Un collège arrivé chez une blogueuse. Oups. 

Il y a du flux tendu. Je milite pour que les livres ne soient pas faits trop en avance. Je trouve qu'il est préférable de les emballer au dernier moment. Sachez donc que nous vous envoyons toujours du livre frais.

Il y a souvent la radio ou de la musique, du baroque au plus rock. Soyez tranquille, toujours du bon son (et non, on ne propose pas encore l'option : Choisissez la musique écoutée pendant la confection de votre livre). Il y a aussi parfois du Desperate Housewives ou des primaires citoyennes. Dimanche, c'est plus dangereux. Si les All Blacks nous font des misères (pfff... mais quelle idée), je crains pour la qualité de l'emballage. Il y aurait une thèse à faire : de l'influence de l'environnement sonore et visuel sur la confection des livres-carnets de l'épicerie de l'orage (de 2011 à nos jours).

Vous savez presque tout. 

Et je ne vous ai rien dit du plaisir de cette activité-là. Plier, coller droit, emballer, sélectionner, le petit crayon, le sachet qui crisse, l'étiquette qui colle un peu aux doigts... Il y a un peu tout à la fois du jeu de la marchande, de l'écolière, de la confectionneuse, de la fabriqueuse...  

Je m'en retourne à ma tâche, telle la marmotte, son chocolat et son papier alu... glisser mes petits livres dans les pochettes cristal... et vous mettre en appétit ! 

collage la fabrique 1

 

collage la petite fabrique 2

 

 

Posté par marchandsdepices à 15:34 - les aujourd'hui - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
Partager

Commentaires

    ah! le plaisir si particulier du papier cristal… comme je vous comprends.

    Posté par Anaïs, vendredi 21 octobre 2011 à 21:28
  • magique...

    même organisation dans le petit atelier, avec des projets moins pantagruélique, mais l'ost à la maison est tellement peu scientifique que je me retrouve vraiment dans ce joli post qui sent le plaisir de travailler et le vrai respect du destinataire... en un mot, j'ADORE... merci pour cette jolie lecture matinale !

    Posté par charlotte, samedi 22 octobre 2011 à 08:08
  • oh que j'aime cette description de votre travail de marmotte

    Posté par zimbo, samedi 22 octobre 2011 à 09:44
  • MiAm !

    Posté par La Gre, mardi 25 octobre 2011 à 14:28
  • oh je ne crois pas qu on puisse vraiment travailler autrement qu en butinant... j adore que vous racontiez tout ca...

    Posté par agneslamexicaine, jeudi 3 novembre 2011 à 17:19

Poster un commentaire