L'épicerie de l'orage

Le blog de la maison d'édition jeunesse l'épicerie de l'orage, petite fabrique d'objets (en papier) pour penser (le monde)

dimanche 3 janvier 2010

[le nom ] l'épicerie de l'orage #1 [les essentiels #1]

L’épicerie de l’orage : pour construire son regard sur le monde

[Parenthèses ou Apostrophes ? Epigramme ? Calligrammes ? Pirouette, ou Résistances, ou encore Encre verte ? Ancre bleue, plutôt ? Non. Non, non, non… Tous les noms de maison d’édition sont respectables, certains sonnent mieux que d’autres, mais de cette litanie de mots trop entendus, trop « proches du sujet », nous ne voulions pas. Nous n’étions pas sûrs de grand-chose, mais sur deux points au moins nous n’avions pas de doute : il fallait un nom qui nous différencie ; et un nom qui nous ressemble.]

Epicerie. Orage. Epices. Eclairs. Marchands d’épices. Foudre. Tonnerre.

Il y a tout ça, dans L’épicerie de l’orage.

D’abord il y a un lieu clos, intime, cette épicerie dont les rayonnages montent jusqu’au plafond, proposant le plus improbable capharnaüm de denrées, les plus familières comme les plus surprenantes, celles que vous venez chercher obstinément, qui sont devenues des habitudes, et celles dont vous ne soupçonnez même pas qu’elles existent. C’est ça, L’épicerie de l’orage : un capharnaüm organisé ; un lieu où l’on vient chercher du familier et du déroutant ; un espace catalyseur, où l’on peut greffer de l’inconnu sur du connu, avec l’aide de ces marchands d’épices, un peu commerçants, un peu alchimistes…

Et puis il y a les épices, celles que nous aimons mettre dans notre cuisine de mots et d’images. Ces ingrédients si particuliers,  les seuls à ne pas être là pour eux-mêmes, mais pour mettre en valeur ceux qui les entourent. Nos mots : des épices pour révéler le monde.

Enfin il y a le grondement sourd d’une révolte. Parce que nous avons envie que nos lecteurs apprennent à se libérer des schémas qu’on leur impose. Parce les temps sont troubles, parce que face à l’agressivité des laveurs de cerveau, nous avons le désir de provoquer des réactions électriques, de convoquer les éclairs et la foudre pour accompagner nos lecteurs à devenir acteurs de leur vie. Et à construire leur propre regard sur le monde.

Epices. Orage. Sensations fortes. Dieu vomit les tièdes. Nous aussi.

 

l__picerie_de_l_orage

Posté par marchandsdepices à 11:01 - les essentiels - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
Partager

Commentaires

Poster un commentaire